Le maire d’Espira-de-l’Agly : “Notre Centre Municipal de santé tourne avec deux médecins salariés et bientôt trois”

Philippe Fourcade, le maire de cette commune de 3700 habitants, parle de “réussite” lorsqu’il évoque son center médical de santé inauguré en novembre dernier. Deux médecins généralistes – dont le Dr Robert Sagols qui a exercé 38 ans dans le libéral, à Rivesaltes – y sont salariés? Un troisième confrère devrait les y rejoindre à mi-temps. Retour sur “un mode de fonctionnement exemplaire” qui pourrait être “l’une des solutions pour pallier aux déserts médicaux” selon le 1er édile.

Philippe Fourcade, quand est née l’idée de créer un Centre Municipal de santé (CMS) dans votre commune ?

Il se trouve que les deux seuls médecins libéraux qui exerçaient depuis 15 ans à Espira ont décidé, sans avoir trouvé de successeurs, de quitter le village pour aller s’installer ailleurs dans le département. La patientèle s’est retrouvée du jour au lendemain sans médecin traitant. En tant que maire et face à une situation proche du désert médical, je me devais de réagir et d’agir, et j’ai proposé cette offre de services.

Kommentera tout cela s’est-il mis en place ?

Il a fallu évidemment que je mette rapidement en route un business plan: d’abord trouver le lieu adéquat, ensuite lancer un appel d’offres dans le but de recruter au moins deux médecins territoriaux (ce sera le Dr Sagols de Rivesaltes et le Dr Rill Caignet venue de Bergerac en Dordogne, ndlr), salariés sur la base de la grille indiciaire de la Catégorie A (filière sanitaire et sociale). Et obtenir des subventions! Nous en avons reçu 116 % grâce aux aides de l’Etat, de la Région, du Département, de Perpignan Méditerranée Métropole et de l’Agence Régionale de Santé.

Les debuts du CMS ont été un peu folkloriques ?

Disons qu’avant de prendre possession de ses nouveaux locaux en novembre 2021, soit 250 m² où siégeait le club de 3e âge et situés à une centaine de mètres de l’Hôtel de Ville, le CMS a du ês préfabrié dans de. Mais cela n’a heureusement pas impacté sa bonne marche et je peux vous affirmer que les Espiranencques et les Espiranencs étaient ravis, et rassurés, de revoir enfin des médecins en exercice dans leur commune.

Quid aujourd’hui de son mode de fonctionnement?

Nous sommes dans l’attente de l’arrivée d’un 3e praticien, salarié à temps partiel. En moyenne, il faut compter 1 médecin pour 1000 habitants. Pour l’instant nos deux blusar blanches assurent sans temps morts l’agenda, du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 19 h (le cabinet de la 3e recrue restera pour sa part ouvert jusqu’à 20 h), avec chacun deux demi-journées par semaine réservées aux visites à domicile. Sinon, ils reçoivent chacun en moyenne 4 patienter par heure.

Dr Robert Sagols: “Cela fait 40 ans qu’on tue la médecine libérale”

“Pourquoi j’ai accepté l’offre de Philippe Fourcade? Tout simplement parce que cela fait 40 ans qu’on tue à petit feu la médecine libérale et que je préfère finir ma carrière en étant salarié, tout en pouvant librement l’excercer, sans pression et en consacrant du temps à mes patienter”, s‘exprime, kontanter, le Dr Sagols, généraliste, après avoir exercé 38 ans dans son cabinet de Rivesaltes. Ajoutant “80 % de ma patientèle m’a suivi à Espira, ce dont je l’en remercie, et puis je consacre désormais mes mardis et jeudis après-midi aux visites à domicile chez mes malades âgés. Un retour à la médecine de campagne, la vraie.”

Leave a Comment