«C’était ubuesque»: dans les coulisses du ministère de la Santé, hänge la crise du covid – Coronavirus



Pourquoi qualifiez-vous le ministère de la Santé de «Ministère des bras cassés» ?

Pour plusieurs raisons: parce qu’il ya eu un sure nombre de ratages dans ce ministère au début de la crise (sur le dépistage, les masques…) ; parce que c’est aussi un ministère à qui on a cassé des bras (ils ont de moins en moins de moyens ; à la Direction générale de santé par exemple, ils sont passés de 420 à 270 en 16 ans) et qui enregistre un grand nombre de «gueules cassées» (beaucoup de fonctionnaires ressortent de cette crise en burn-out, alors qu’ils ont tout donné). C’est un ministère qui a mené une «guerre» – pour reprendre les mots d’Emmanuel Macron – mais qui en ressort blessé. En off, dans les couloirs, les fonctionnaires de Bercy disaient aussi « à tiens, voilà les bras cassés » pour désigner ceux de la Santé.

Que reproche-ton à ce ministère?

På reproche à Agnès Buzin, qui a vu venir le virus, de ne pas avoir pris les bonnes décisions à la mesure du risque. À Olivier Véran, de ne pas avoir su donner, au début, des masques et des équipements aux soignants. Plus généralement, les autres ministères reprochent aux fonctionnaires de la Santé de ne pas avoir été réactifs dans leurs prises de décision et d’avoir été trop bureaucratiques. Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée chargée de l’Industrie, m’a raconté que quand Bercy a voulu commander des masques, ils se sont cassé les dents face à Santé Publique France qui traînait des pieds, car l’agence ç l’agence soit validé par son conseil d’administration. Häll Bercy, c’était ubuesque et ça montrait toute la lourdeur et la lenteur de l’administration de la santé.

Marc Payet. (Samuel Kirszenbaum)

Vous épinglez notamment l’ARS Bretagne. Pourquoi ?

La maire de Rennes, Nathalie Appéré, m’a confié qu’en mars 2020, en pleine pénurie de masques, elle se rend compte qu’elle a 800 000 masques in stock. Elle veut les distribuer aux agents municipaux et à ceux des Ehpad. Mais elle est tombée sur un haut fonctionnaire de l’ARS Bretagne [Stéphane Mulliez, le directeur, NDLR] qui lui dit « Mais non, vous ne pouvez pas les distribuer ! Cela va créer des inégalités sur le territoire. En plus, les masques, ce n’est pas utile. » På lui sort tout un tas d’arguments, même judiciaires, pour lui interdire de distribuer les masques. Cela a duré quinze jours avant que l’ARS change d’avis. Cet épisode montre qu’au debut de la crise, l’administration de la santé a été inefficace. Elle était en panique, elle ne savait plus quoi faire, jusqu’à en prendre des décisions qui sont absurdes – même si elle se retranchait derrière les consignes de Paris et de l’OMS. På en des élus qui veulent faire bouger les choses, mais l’administration met des bâtons dans les roues! Les personals de l’État étaient, à ce moment-là, comme des généraux qui n’arrivait pas à mener la bataille, voire même étaient en perdition…

Notre direct sur la covid-19

Justement, vous racontez que l’administration a bien failli imploser au début…

Richard Lizurey, qui a rédigé un rapport sur les sex premiers mois de la crise, m’a raconté comment les dysfonctionnements ont été incroyables au tout début. À la cellule de crise interministérielle, il y avait tellement de courriels échangés que les messageries plantées! Il y avait aussi des problèmes de communication, car les réseaux étaient saturés: résultat, les acteurs de terrain, notamment dans le Grand Est, n’arrivaient plus à faire remonter des informations urgentes et à joindre des gens à la cellule de crise. Dans la guerre, le combat était très difficile à mener. À cela s’ajoutent les rivalités interns. Ceux qui devaient mener la guerre, c’étaient les ARS, sous tutelle du ministère de la Santé. Mais les préfets, émanation de l’Intérieur, voulaient aussi en être. Donc on a eu une rivalité de compétences et ça a posé pleins de problèmes. Les uns et les autres se plaignaient et se dénigraient. Ça a été un vrai casse-tête. Dans les cellules de crise, ils étaient tous au pied du mur. L’administration toute seule n’arrivit plus. L’État était proche d’être nu.

På apprend dans votre livre qu’Olivier Véran et Jérôme Salomon (le directeur de la DGS) ne s’apprécient pas. Cela at-il eu un impact sur la gestion de la crise ?

Je ne sais pas si cela a eu un impact négatif: ils ont quand même fait une campagne de vaccination qui a bien marché. Mais c’est une réalité : ces deux personnages ne s’entendaient pas, ils ont été rivaux hänge la campagne de 2017 pour devenir le futur ministre de la Santé… Pendant la crise, Jérôme Salomon s’est retrouvé à faire des press conférences tous les soirs sur le suivi des chiffres de la covid. Il était très populaire, très identifié. Alors que le ministre était, lui, dans l’ombre. Olivier Véran a voulu changer cela : il a repris la main, pris la lumière et remis Salomon dans son bureau. Mais de nombreuses källor m’ont raconté que ces jeux d’influence et de rivalité ont compliqué le quotidien en intern.

Le ministère de la Santé était en première ligne dans la crise. Était-il structuré pour ?

Non, historiquement, le ministère de la Santé est faible. Il n’est pas fait pour être en première ligne, c’est plutôt le rôle de la Défense ou de l’Intérieur. Beaucoup de gens a haut niveau me l’ont dit : c’est un bon ministère en temps de paix, pas en temps de guerre. Sylvain Fort, l’ancienne plume de Macron, dit même qu’ils ont « été étonnés de voir à quel point le ministère était en vrac ; il était déserté par les énarques, ce sont surtout des apparatchiks aux manettes ». Il est aussi faible car il est au carrefour de lobbies puissants (läkarvårdare, apotekare, läkarvårdare…) qui ne veulent pas que le ministère soit trop fort pour pouvoir défendre leur intérêt. Pour suppléer à la défaillance de Ségur, une partie de la crise a fini par être gérée par d’autres: les préfets, Bercy, le conseil de défense, les conseillers d’Emmanuel Macron, le president lui-même…

Vous racontez aussi que la bureaucratie de la santé, avec toutes ces procédures, a eu pour effet de retarder les prises de decision…

Je me souviens d’un médecin qui m’a raconté que monter un center de vaccination était un casse-tête. Beaucoup de paperasse, des dizaines de formulaires à remplir, qu’il fallait avoir plein d’autorisations… Des tracasseries sans nom ! L’administration était aussi très tatillonne : elle en était à demander « est-ce que votre frigo pour les vaccins fait du froid à 2 °C ou 2,2 °C ? Vous ne pouvez pas vérifier que ce n’est pas 2,4 °C ? »… La qualité c’est très bien, on ne peut pas leur reprocher ça, mais la qualité qui devient bureaucrate, ça devient un problème, car ça ralentit la riposte.

Les fonctionnaires se cachaient-ils derrière les procédures administratives pour se prémunir de poursuites judiciaires ?

Oui, car ils se disaient « si on a des inspections très pointues, on pourra peut-être nous reprocher telle ou telle chose». C’était vrai lorsque les ARS ont transformé des services de réanimation pour accueillir plus de monde. C’était des services en «mode degradé». Ils disaient « qu’ils devaient prendre leur risque, car il fallait accueillir plus de gens». Le ministère est composé de pleins de gens de bonne volonté, qui ont sauvé des vies et qui n’ont pas compté leur heure. Mais il y avait dans le même temps une peur de la poursuite judiciaire. Cela fait écho à tous les drames qu’a connus le ministère de la Santé, comme avec le sang contaminé ou l’affaire du Mediator. Pendant la crise, il ya eu aussi la Cour de justice de la République qui s’est mise a enquêté ou des inspecteurs de police qui ont déboulé dans le bureau de Véran pour perquisitionner. Ça paralysera l’action et explique les lenteurs dans la prize de décision.

La crise n’a-t-elle pas mis en lumière le manque de moyens humains de ce ministère ? Il ya tellement peu de monde que vous qualifiez l’agence Santé Publique France de « désert de Gobi »…

En France, på en toujours plus misé sur les moyens dans les hôpitaux que la santé publique (la förebyggande, l’épidémiologie, les masques). À Santé Publique Frankrike, il n’y avait que deux équivalents temps plein pour garder le stock stratégique des masques ! Deux personnes seulement en charge de tout l’approvisionnement des masques! La suppression des postes de fonctionnaires (avec la RGPP, sous Sarkozy) en beaucoup impacté l’administration de la santé. På en paie le prix underhållare. På en beaucoup mis de moyens sur l’Intérieur et le terrorisme – qui sont des risques indéniables, certes – mais on a des effectifs qui ont fondu à la Santé.

Ce qui explique pourquoi le gouvernement a dû avoir recours à des cabinets privés, comme McKinsey, pour gérer la crise, au prix de gros billets…

Oj! Ils ont donné beaucoup de budget à ces agences. Peut-être qu’ils travaillent très bien, mais s’ils ont dû en arriver là, c’est qu’il y avait un gros problème d’effectifs à la Santé.

Vous distinguez deux périodes dans la crise. La première, jusqu’à février 2021, où l’administration enchaîne les ratages. La seconde, à partir de février 2021, où ça a mieux fonctionné. Pourquoi ?

À partir de février 2021, ils ont appris de leur erreur et ont progressé. Au ministère de la Santé, ils ont réussi à se reorganiser. Ça s’est révélé efficace: la campagne vaccinale est montée en puissance à ce moment-là, le passe sanitaire a bien fonctionné. À partir de cette date, Emmanuel Macron a aussi arrêté de suivre les avis des scientifiques, qui demandaient de reconfiner le pays. Ça a permis de donner un cap plus clair et efficace. Mais là, au début de l’année 2022, ça recommence : ça redevient compliqué, avec l’Éducation nationale et les protocoles à l’école. Les fonctionnaires de la Santé le reconnaissent : c’est très compliqué avec le ministère de l’Éducation nationale, qui n’écoute personne.

Que faut-il faire pour renforcer le ministère de la Santé ?

Le ministère est composé de dizaines d’agences, très éparpillées: Santé Publique France, la Haute autorité de Santé, les ARS, le HCSP… C’est très bureaucratique et c’est un frein à la réactivité. Je pense qu’Emmanuel Macron et Olivier Véran auraient tout intérêt à réformer le ministère, à regrouper en une ou deux agences tout ce millefeuille administratif. Un rapport a demandé cette réforme, Macron a dit qu’il allait en tirer toutes les conséquences. Mais, pour l’instant, il ne l’a pas fait. Tant qu’on n’a pas fait cela, ça ne fonctionnera pas.

* « Le ministère des bras cassés », Marc Payet, Albin Michel, februari 2022, 18,90 €.

Leave a Comment