Usbek & Rica – Santé : kommentar les innovationer peuvent-elles remettre l’empathie au centre du soin ?

À l’heure où la médecine dite « 4P » (à la fois personnalisée, participative, predictive et preventive, théorisée par le Pr. Leroy Hood, ndlr) apparaît comme un idéal souhaité par tous, permettant un pouvoite patient devrao adapté à son cas, force est de constater que l’innovation médicale progresse vite. Les objets connectés permettent de surveiller les constantes en continu, dépistent des syndromes d’apnée du sommeil et des troubles du rytme, des intelligences artificielles diagnostiquent des atteintes oculaires, les analyser des fractures des os longs sont reconna de plus des plus fiables. nos émotions grâce à des électroencéphalogrammes boostés à l’intelligens artificielle, et des algorithmes anticipent et devinent nos réactions futures. Dans ce contexte, le médecin ne conserve qu’une fenêtre de vingt minuter pour diagnostiquer, comprendre et traiter.

Soyons clairs : l’homme et la machine ne sont pas en compétition. Le médecin ne fera jamais mieux que l’intelligence artificielle pour de nombreuses tâches, tout comme son ouïe n’a jamais été aussi performante que la membrane d’un stetoscope. Avec la téléconsultation, par exemple, le praticien a appris à écouter son patient plus longtemps. Avec les outils d’optimization du parcours de soin, il a appris à dégager du temps. Avec les objets connectés, il a appris à comprendre ce qui se passait en dehors des konsultationer. Et avec la e-santé, il a même appris à déléguer une partie de son savoir. La relation soignant-soigné change, et pour la bonne cause. Le savoir ne se transmet plus, il se partage. Le médecin ne soigne plus seul, il offre des solutions plus personnalisées et adaptées grâce à tout un écosystème.

Mais une question demeure : kommentera faire en sorte que ces innovationer rassemblent plutôt qu’elles ne divisent une population française déjà éparpillée de chaque côté de la fraktur numérique, entre des médecins technophiles et non-technophiles hôte des pharmacies, et de technophiles prendre le virage du numérique quand d’autres n’y parviennent pas ?

Leave a Comment