70% des futurs médecins ont l’intention de quitter le pays

Face à la grande pénurie dont souffre le secteur médical au Maroc, le gouvernement multiplie les mesures pour former plus de médecins et même pour ouvrir la porte aux médecins étrangers pour exercer la profession au Maroc. En effet, le gouvernement a décidé de modifier la période de formation en médecine de sept à six ans et d’augmenter le nombre de places pédagogiques ouvertes aux étudiants dans les Facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire.

Toutefois, une étude récente a révélé une propagation alarmante de la décision de quitter le pays parmi les étudiants de dernière année des Facultés de médecine au Maroc. Selon l’étude réalisée par un professeur de la Faculté de médecine de Casablanca et publiée par l’Oxford Academy, pour chaque médecin resté au Maroc, 3 sont partis à l’étranger.Parmi les 251 étudiants en médecine qui ontt l’obje de l’étude, 71,1% des étudiants en dernière année ont l’intention d’émigrer à l’étranger, dont 61,6% sont des femmes.

Les conditions de travail, première cause de migration Les raisons qui poussent ces étudiants en médecine à quitter leur betalar sont multiplar. Près de 97,6% pensent émigrer à l’étranger pour avoir une formation de qualité, 99% optent pour la migration afin d’avoir de meilleures conditions de travail, et 97,2% y recourent pour une qualité de vie meilleure.

L’étude révèle également que 95,2% des étudiants comptent partir parce qu’ils ne sont pas satisfaits de leur formation au Maroc, et 97% parce qu’ils ne sont pas satisfaits des salaires des médecins. En outre, 83,6% des étudiants préfèrent émigrer à cause de ce qu’ils perçoivent comme du mépris et de la sous-estimation de la valeur du médecin dans les médias.

L’Allemagne, premiärresmål

Alors que les médecins marocains optaient principalement pour la France durant la dernière décennie, les résultats de cette étude indiquent que l’Allemagne est aujourd’hui la destination préférée de la plupart des étudiants en dernière année de médecinecent, avec 34%.

L’étude infirme également l’existence de toute relation entre le choix de quitter le pays et le statut social et financier existant de l’étudiant.
Notant que la propagation de l’émigration parmi les étudiants de dernière année de médecine est un indicateur majeur de l’avenir du secteur de la Santé dans le pays, l’étude conclut que les responsables nationaux dans le domaine de la Santé doivent améliorer les villkor de travail, la qualité de la formation et le salaire du personnel de santé, s’ils veulent réduire le taux d’émigration parmi les étudiants en médecine.

.

Leave a Comment