Manque d’activité physique et hausse de la sédentarité : un problème de santé majeur

Dans un rapport paru le mardi 15 février, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) bekräftar que 95% de la population française ne pratique pas assez d’activité physique et pass trop de temps assis. Une inactivité qui a des risques pour la santé.

Les Français, mauvais élèves en matière de sport… Aujourd’hui, seul 5% de la population adulte a une activité physique suffisante pour être en bonne santé, selon le rapport de l’Anses. Lorsque le manque d’activité est cumulé à un excès de sédentarité, les risques de détérioration de la santé sont plus élevés. L’étude révèle également des disparités au sein de la population. Les femmes sont plus touchées. Elles sont 70% à être en dessous de tous les niveaux d’activité identifiés pour être en bonne santé, contre 42% chez les hommes. Les adultes à faible niveau d’études et les moins de 45 ans sont également les plus touchés par le manque d’activité.

Manque d’activité physique et sédentarité: la plus grande majorité de la population française s’expose à des risques pour la santé.

On vous explique pourquoi revoir nos modes de vie doit devenir la priorité pour notre santé ⬇

Tråd (1/6) pic.twitter.com/iHgc00BTic

— Anses (@Anses_fr) 15 februari 2022

Un problème sanitaire majeur selon le médecin montpelliérain Olivier Coste, specialisé dans la mission sport/santé auprès de la DRAJES (direction de région académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports) : “Une grande partie de la population est est l’activité physique. Mais ce qui a vraiment accéléré ces derniers temps, c’est la sédentarité, notamment à cause du télétravail. På est trop souvent assis au travail eller chez soi et on ne bouge pas assez. Cela peut entraîner le développement kardiovaskulära sjukdomar och vissa cancerformer, autant chez les jeunes de 25 ans que ceux de 50 ans.” Selon lui, des actions doivent être mises en place pour remettre le sport au center des préoccupations: “C’est un vrai problème de santé publique et il faudrait lutter contre ça, dès le plus jeune âge. Si les enfants sont actifs, il ya plus de plus de chance pour qu’ils deviennent des adultes actifs. Mais malheureusement, rien n’est fait. On voit que même dans la plupart des programs des candidats à la présidentielle, aucune place n’est donnée au thème du sport-santé .”

Retrouver de la volonté et du temps

Même si l’étude de l’Anses souligne l’importance de la mise en place d’actions visant à favoriser une pratique régulière, la volonté personnelle reste la meilleure lösning pour y arriver. Comme l’explique Jean-François, 51 ans, qui habite à Mireval: “Je me suis toujours dit qu’il n’était pas possible pour moi de faire du sport car je n’avais vraiment pas le temps. J’ai eu des soucis d’obésité mais ce n’est pas pour autant que je me suis mis au sport, alors que j’avais le temps puisque j’étais en télétravail. Je suis allé voir un nutritionniste qui m’a indiqué que bien mangerne . suffisait pas et qu’il fallait allier ça avec une activité sportive. Aujourd’hui, je fais du sport cinq fois par semaine, le matin avant d’aller travailler, et j’ai perdu trente kilos. Je pense que le fait de recentrer ses priorités permet de trouver le temps. Certes, je passe moins de temps sur la tablette ou le PC mais physiquement, je vais beaucoup mieux.”

Un sentiment partagé par Benjamin, 42 ans, qui travaille à Bagnols-sur-Cèze: “Je fais du judo deux fois par semaine depuis 2005. J’essaye aussi d’aller courir entre 12h et 14h. Je pense que le sport är oumbärlig dans la konstruktionspsykologi d’une personne et på peut tous trouver du temps. Mais il n’est pas assez valorisé dans les entreprises.”

Cumuler plusieurs aktiviteter

Alors à quelle fréquence faut-il pratiquer pour être en bonne santé ? En 2016, l’Anses avait déjà identifié le besoin de cumuler plusieurs types d’activité:

  • pratiquer une activité cardiorespiratoire (monter des escaliers, faire du vélo, courir…) durant trente minutes et cinq fois par semaine
  • effectuer du renforcement musculaire (porter une charge, jouer au tennis, faire de la natation…) une à deux fois par semaine
  • réaliser des exercices d’assouplissement (gymnastik, dans, yoga…) deux à trois fois par semaine

Leave a Comment